L'authentique de la médecine Prophétique
  • L'authentique de la médecine Prophétique

L'authentique de la médecine Prophétique


15,00 €
TTC En rupture de stock

Cet ouvrage se divise

 - Les maladies et les remèdes naturels

 - Les éléments et les remèdes, classés alphabétiquement.

Quantité
Rupture de stock

Fiche technique

Auteur: Ibn Al Qayyim Al Jawziyya

Edition: TAWBAH

Nombre de pages : 336 pages

La médecine Prophétique :

 

Révélation divine ou opinion personnelle du Prophète ?

 

Il faut savoir qu'il y a plusieurs avis chez les savants musulmans concernant l'origine des conseils prophétiques relatifs à la médecine, notamment sur le fait de les considérer comme émanant de la révélation divine ou comme étant des opinions personnelles du Prophète -salla Allahou ‘alayhi wa salam-.

 

Selon certains, il s’agissait juste d’opinions personnelles que le Prophète -salla Allahou ‘alayhi wa salam- donnait au même titre que les autres hommes de son époque et que les hadiths prophétiques relatifs aux questions profanes (c.à.d. sans caractères sacrés ou religieux) en générale n’ont rien à voir avec la révélation.

 

Comme preuve à cette thèse il est avancé une déclaration du Prophète -salla Allahou ‘alayhi wa salam- lorsqu’il donna à ses compagnons des conseils infructueux pour leur dattiers :

 

Version d’Anas Ibn Malik -qu’Allah l’agrée- : « Vous connaissez mieux vos propres affaires terrestres ! » (Rapporté par Muslim)

 

Une autre version de Talha et de Rafi Ibn Khadidj -qu’Allah les agrée-, rapporte que le Prophète -salla Allahou ‘alayhi wa salam- avait rétorqué : « Je ne suis qu’un homme ! Quand je vous ordonne quelque chose en rapport avec la religion, obéissez, mais si je vous prescris quelque chose qui relève de mon opinion personnelle, il ne faudrait pas oublier que je suis un homme. »

 

An-Nawawi -qu’Allah lui fasse Miséricorde- en commentaire [de ce hadith] : « Les oulémas soutiennent que, concernant les affaires de l’existence, il n’y a pas de différence à établir entre le Prophète (alayhi salat wa salam) et les autres humains. »

 

La médecine du Prophète -salla Allahou ‘alayhi wa salam- est sure et certaine car elle provient de la révélation divine alors que celle des médecins n’est qu’intuition, conjectures et expérimentations.

 

La proportion de ce qu’ils connaissent de la médecine équivaut à la proportion des connaissances qu’ils ont de la science que les Prophètes -salla Allahou ‘alayhi wa salam- ont apporté.

 

On retrouve dans la médecine prophétique des médicaments qui guérissent des maladies alors que les plus grands médecins n’y arrivent pas, malgré leurs science, leurs expériences et analogies :

 

Ce sont les remèdes intérieurs et spirituels : la ténacité, l’appui au Seigneur, comptez sur Lui, le recours à Lui, la soumission, l’aumône, l’invocation, le repentir et la demande de son pardon, le bienfait aux gens, le secours et le soulagement de l’affligé.

 

Ces remèdes expérimentés par les nations de différentes religions ont permis de trouver des remèdes guérissant lorsque qu’aucun savants médecins n’y sont arrivés.

 

Comme le résume très bien cette phrase : Selon la loi de la sagesse divine : le cœur qui est en contact permanent avec le Seigneur de L’univers, le Créateur de la maladie et du remède, ce cœur aura des remèdes autres que ceux des cœurs qui lui sont loin en lui tournant le dos.

 

Un avis médian parait le plus juste sur cette question disant (Ibn Hajar) :

 

« La plupart des remèdes que préconisait le Prophète -salla Allahou ‘alayhi wa salam- aux malades découlait de sa connaissance de la médecine empirique arabe mais il y avait aussi certains remèdes qu’il connaissait par le biais de la révélation. »

(Fath al Bari, commentaire du Sahih Boukhari)

 

Ibn Khaldoun (historien philosophe du 14ème s) a dit suite à ces propos :

 

« Cependant, si on utilise la médecine prophétique avec l'intention de s'attirer la bénédiction divine et dans un véritable esprit de foi alors cela aura des effets de guérison remarquables. Quoique cela n'a rien à voir avec la médecine humorale : c'est plutôt un fruit de la foi. »

 

Comme dans l'histoire relatée dans le hadith suivant :

 

« Un homme est venu demander conseil au Prophète -salla Allahou ‘alayhi wa salam- sur le cas de son frère qui se plaignait d’un mal de ventre. Le Prophète -salla Allahou ‘alayhi wa salam- lui dit : « Donne lui du miel ». L’homme partir puis revint et dit au Prophète -salla Allahou ‘alayhi wa salam- : « Je lui ai donné du miel mais ça n’a rien fait ! » Le Prophète -salla Allahou ‘alayhi wa salam- lui dit : « Donne lui encore du miel ». L’homme partir de nouveau puis revint et dit : « Je lui ai encore donné du miel mais ça n’a rien fait ! » Le Prophète -salla Allahou ‘alayhi wa salam- lui dit alors : « Dieu a dit vrai et le ventre de ton frère a menti ! » Puis en effet, lorsque son frère reprit encore du miel son mal se dissipa. »

 

C'est-à-dire commentent les exégètes que le remède préconisé par le Coran est efficace mais que le mal dont souffrait son frère nécessitait plusieurs prises.

  

 

 

La saignée pratiquée sur la veine radiale est bénéfique aux maux de tête et de cou causés par l’abondance ou l’altération du sang.

 

La saignée pratiquée sur les veines jugulaires externes est utile aux douleurs de la rate, à l’asthme, et aux douleurs au niveau du front.

 

 

Hippocrate a dit : « Le vidage, durant l’été, se produira d’en haut plus que le vidage occasionné par le médicament alors qu’en hiver, il se produit d’en bas. »

 

Par l’imam Ibn Al-Qayyim

Pas de commentaires client pour le moment.